Violences faites aux femmes: Le phénomène persiste

La volonté politique bien qu’affichée peine à porter des fruits

Elles  sont permanentes. Ces violences faites à la gent féminine au Cameroun et qui perdurent sous des jours différents. Exploitation commerciale des filles, viols, crimes rituels, mariages précoces et forcés, accès difficile à l’éducation par rapport aux garçons, possibilité réduite en matière d’héritage, difficile aujourd’hui d’établir une liste complète de ces souffrances dont l’aspect le plus modernisé semble être la cybercriminalité. Des atteintes aux droits de la femme qui compromettent sans doute son autonomisation.

Selon le gouvernement camerounais, plus de 52% de femmes ont subi des violences physiques depuis l’âge de 15 ans et au moins 49% d’entre elles sont régulièrement victimes des traumatismes psychosociaux liés à la déconsidération de leur statut. Bien qu’alarmantes, ces statistiques ne réussissent pourtant pas à faire bouger les lignes.

Malgré les efforts des autorités, les résultats restent mitigés. Témoin de la gravité de la situation, l’évaluation des couts socio-économiques de ces actes dommageables .On parle d’environ 2000 dollars par femme victime au cours d’une année.

Reste que les hommes subjugués qu’ils sont par la sensibilisation, prennent vraisemblablement d’avantage conscience de l’acuité du mal.

Stéphane KUNGNE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *